Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Policiers islandais

    Résultat de recherche d'images pour "indridason"

     

    Il y a quelques années, je faisais parti d'un groupe de lecteurs, à la bibliothèque municipale de ma commune. Chaque mois, nous avions des livres à découvrir suivant un thème. Et, ensuite, chacun parlait du ou des livres qu'il avait lu.

    C'est lors du thème "écrivains nordiques" que j'ai découvert Arnaldur Indridason, écrivain islandais. A cette époque, je n'avais lu qu'un livre (et je ne me souviens plus duquel d'ailleurs) et j'avais bien aimé.

    Récemment, j'étais chez mon libraire et en discutant, nous avons parlé d'Indridason. Du coup, je me suis replongé dans ces policiers où le personnage principal est un commissaire de police qui se prénomme Erlendur.

    J'ai commencé par le premier de la série qui se nomme :"la cité des Jarres". Puis, petit à petit, je suis en train de tous les lire. C'est pourquoi je ne parlerais pas de ces histoires mais plutôt de la trame, le fils rouge qui est présent dans ces livres.

    Le héros, qui n'a rien d'un héros, puisqu'il est seul, a deux enfants issus d'un mariage qui a tourné court. Il a une fille qui se prénomme Eva Lind et un garçon, Sindri Snaer. Il a des relations conflictuelles avec son ex-femme et ses enfants, qu'il voit rarement.

    Dans son travail, il est secondé par Elínborg, qui a fait des études de géologie et qui est une excellente cuisinière, et Sigurður Óli, image de la perfection qui vit avec Bergthora, qu'il épousera et qui veut avoir des enfants.

    On apprend au fil des romans ce qui tourmente le policier. Dans son enfance, il a été pris dans une tempête de neige avec son petit frère, dont il a lâché la main. Erlendur a été retrouvé, mais son petit frère, jamais. Plus tard, quand il quitte sa femme, elle refuse qu'il ait un droit de visite sur ses enfants, et il ne se bat pas pour en obtenir un. Lorsque sa fille vient le voir, des années après, c'est une jeune fille droguée, dont il découvre qu'elle a eu recours à la prostitution. Elle tombe enceinte et veut garder le bébé, mais le perd dans son septième mois à cause de la drogue et de la malnutrition.

    Il faut préciser que tous ses romans se déroulent en Islande et que les noms des villes, rivières, rues, etc. sont islandais. Et que certains noms sont diffcilles à prononcer :-)

    Ces romans font découvrir l'Islande et ses traditions, ses coutumes comme le fait que les islandais s'appellent par leur prénom et que leur "nom de famille" est le prénom de leur père + "son" ou de la mère + "dottir".

    Ce qui me plait dans cette écriture est la "lenteur" des enquêtes, la recherche psychologique des personnages.